cheminee bio ethanol

Grâce aux progrès dans le secteur agronomique, et au développement de nouvelles technologies dans l’industrie, la Commission européenne pense qu’à l’horizon 2020, il faudra se servir de 10% de biocarburants dans les carburants, ce qui implique une mobilisation de 15% environ des surfaces agricoles européennes. L’intérêt des biocarburants et de la cheminée éthanol http://www.chemineo.fr/, ainsi que tous les autres équipements qui se servent de carburant écologique, n’est plus à prouver. Toutefois on ne comprend pas toujours de quoi il s’agit. En fait, le bioéthanol est à la fois un carburant de première et de deuxième génération. Sur le continent européen, le bioéthanol dit de première génération est obtenu à partir de betteraves ou céréales comme le blé, le maïs et d’autres. Au Brésil ce biocarburant est fait à partir de canne à sucre, tandis qu’aux Etats-Unis on se sert de maïs pour en produire.

Avec l’amélioration continuelle des méthodes de fabrication, la première génération de biocarburants est encore en pleine évolution, ce qui permettra d’avoir des gains d’efficacité énergétique encore plus intéressants. Au vu des résultats économiques et environnementaux des biocarburants de première génération, la recherche est dynamisée et la seconde génération de biocarburants est en voie de mise sur le marché. Les carburants de seconde génération sont issus de la biomasse et peuvent servir comme combustibles liquides, c’est le cas du carburant dont on se sert dans la cheminée éthanol. Les biocarburants de seconde génération pourront donc être obtenus en se servant d’une grande diversité de matières d’origine végétale comme le bois, les résidus forestiers, la paille, la betterave entière, etc. De nombreux travaux sont en train d’être menés à travers la planète et ce type de carburant devrait devenir une réalité industrielle et économique à l’horizon 2020.

Les biocarburants de seconde génération viendront donc renforcer l’effet des carburants de première génération, puisque les objectifs fixés par l’Union européenne ne pourront pas être atteints sans cet apport. La filière des biocarburants a contribué à créer 8900 emplois en 2010 dont 4500 emplois directs et 1500 indirects. On compte également 2900 emplois induits par cette filière, que ce soit pour les cheminées éthanol, ou les autres équipements qui font appel aux carburants liquides. Pendant la fabrication du biocarburant, seuls les sucres simples contenus dans les grains de céréales servent, les autres éléments se retrouvent dans la drèche qui est souvent destinée à l’alimentation des animaux.